Mulan, le nouveau Disney - Déprogrammé

"Mulan sera disponible sur la plateforme Disney+ dans tous les territoires où elle a été lancée"

La crise du Covid-19 aura affecté tous le monde, y compris le monde du cinéma. La firme américaine aux grandes oreilles n'aura pas été épargnée. Prévue dans les salles obscures en mars 2020, puis décalée en Juillet, puis à une date ultérieure, Disney à finalement annoncé que Mulan sera disponible dès le 4 septembre sur Disney+.


Comme nous le confie Quentin DELCOURT, réalisateur français, et chargé de programmation au Majestic de Compiègne : "Depuis la réouverture des salles de cinéma en France nous observons une baisse de la fréquentation quotidienne de 75%, ce qui est énorme. Le souci, c'est que les distributeurs américains ont retiré tous les films prévus cet été ou presque, donc l'offre manque. Alors quand Disney du jour au lendemain décide de supprimer la sortie en salles de Mulan, il y a de quoi crier au scandale."

Ce communiqué à fait trembler les exploitants de cinéma qui, en plus d'avoir fait de la publicité pour la sortie du film depuis de nombreux mois, comptaient sur l'attrait du nouveau live-action de Disney pour faire revenir du public dans les salles, désertées depuis la crise sanitaire.

"Les cinémas français font la publicité du film depuis décembre 2019 et toute cette publicité va bénéficier directement et gratuitement à la plateforme numérique créée par Disney. Je comprends tout à fait nos collègues exploitants qui voient leurs salles potentiellement fermer bientôt et pour qui cela est un coup de grâce", nous livre Quentin DELCOURT


Même si Bob Chapek, le nouveau président-directeur général de la Walt Disney Company, affirme qu'il s'agisse d'une exception, on ne peut être qu'inquiet sur les répercussions que pourraient avoir ce genre de décision sur l'avenir de la filière cinématographique.




"Il aurait fallu donner aux gens le choix, plutôt que de faire des prises d'otages et une dictature"

"Ce qui est encore plus dur, c'est que les spectateurs attendaient Mulan et nous demandent encore chaque semaine quand le film sortira sur grand écran. Ce film était destiné aux salles obscures, ce qui se voit dans sa façon d'être réalisé, dans l'aspect grandiose des décors et des scènes de bataille. C'est un énorme gâchis que de réduire ce travail à un mini écran d'ordinateur ou de téléphone portable"


"Nous avons préféré répondre par l'humour"

En réaction à cette décision, de nombreux exploitants de cinéma ont décidés de montrer leur mécontentement à travers des vidéos, plus ou moins violentes, postées sur les réseaux sociaux.




"Avec Laurence Meunier (la PDG du Majestic), nous avons préféré répondre par l'humour, même si le message est clairement le même. Il faudrait un peu de solidarité en ce moment, pour les salles françaises, ce que certains distributeurs ont bien compris et c'est pourquoi Tenet sortira bien en salles comme prévu."


En partenariat avec notre association, le Cinéma Majestic de Compiègne a fait appel à nous pour réaliser une vidéo similaire, mais avec un axe sensiblement différent, la satire. Contactée la veille, l'équipe de Le Loup Production a mis à disposition son matériel et son savoir faire pour réaliser un court-métrage, écrit et scénarisé par Quentin Delcourt. Le réalisateur de "Pygmalionnes", salarié du Majestic de Compiègne, à décidé de mettre également à disposition ses compétences de metteur en scène pour mettre au point cette vidéo.






Quentin DELCOURT - En enregistrement de la voix-off du film


Avec Tristan LEGRAIN, Jazz-Alexane MELENDE-ABATE, Marion CABOIS, et Erwan LOUARN, ils ont passés toute la journée du vendredi 7 août 2020, au cinéma, pour tourner, monter, mixer, et publier ce court-métrage, dans un cinéma tristement désert.


Le tournage a pris 5 heures sur deux sites : Le Cinéma Majestic de Compiègne, et le T'aim Hotel de Compiègne, mis à disposition pour l'occasion.


"Notre cinéma national peut aujourd'hui tenter de s'auto-sauver"

"Après, on parle des Américains car nous n'avons aucun pouvoir sur eux, mais cela est encore pire quand des distributeurs français suppriment des films destinés aux salles pour les mettre sur les plateformes, comme c'est le cas par exemple du dernier film d'Olivier Marchal - Bronx - avec Jean Reno et Gerard Lanvin ou encore du film Brutus VS César de Kheiron. Là je dois avouer que je trouve ça franchement dégueulasse, même si bien entendu je comprends les arguments économiques. Notre cinéma national peut aujourd'hui tenter de s'auto-sauver en prenant les créneaux vides laissés par le retrait des Américains et ne le fait pas en agissant de la sorte. Attendons de voir la rentrée de septembre et le retour des blockbusters, en espérant qu'il n'y aura pas de deuxième vague trop forte car cela serait pour le coup catastrophique", soutient Quentin DELCOURT.



Comme souligné par Laurence MEUNIER - PDG du Majestic de Compiègne : "La vidéo de notre collègue est partie jusqu'aux US : 1 Millions de vues. Score à battre" - Seul le temps nous le dira...


Découvrez le résultat final, ci dessous :

⬇️⬇️


Photos : M. CABOIS

Article : E. LOUARN

137 vues

Posts récents

Voir tout